Logement : financez vos travaux sans exploser votre budget

Mercredi 08 novembre 2017

Grâce aux diverses aides notamment mises en place pour économiser de l’énergie et encourager le renouvelable, il est désormais possible de financer vos travaux et vos rénovations à moindre coût.

Des difficultés à financer vos travaux ? Crédit d’impôt, subventions, primes, … Les aides ne manquent pourtant pas. Tour d’horizon.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite)

Un crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite) est une aide, sous forme d’avantage fiscal, destinée à alléger le coût de vos travaux à visée énergétique. Il vous permet donc, par exemple, d’installer des chaudières économiques en énergie, de financer des parois isolantes, des équipements de chauffage ou de production d’eau chaude fonctionnant au bois ou autre biomasse, … Cette aide peut vous faire économiser plusieurs milliers d’euros au final puisqu’elle prend en charge jusqu’à 30 % du montant de vos dépenses éligibles (hors main d’œuvre). Vous ne pourrez toutefois bénéficier de plus de :

  • 8 000 € si vous êtes célibataire (+ 400 € par personne à charge)
  • 16 000 € si vous vivez en couple (+ 400 € par personne à charge)

Pour en bénéficier, il suffit de remplir quelques conditions. Il faut notamment que :

  • Le logement soit votre résidence principale (peu importe que vous soyez propriétaire, locataire ou même logé gratuitement)
  • Vous travailliez en France
  • Vous fassiez appel à des professionnels qualifiés RGE (Reconnu Garant de l'Environnement). Pour en trouver à proximité de chez vous, cliquez ici.

Faire un crédit d’impôt, est-ce pour autant une bonne idée ? D’un côté, ça l’est car vous allez augmenter la valeur de votre logement, ce qui signifie que vous pourrez le revendre plus cher au final. De plus, vous ferez des économies d’énergie, ce qui est intéressant sur le long terme. Pour autant, tout va dépendre de vos revenus et de votre épargne. Si vous êtes un peu juste financièrement, ce n’est peut-être pas le bon moment. En effet, s’il faut que vous fassiez un crédit pour vos travaux, n’oubliez pas que le crédit d’impôt ne remboursera qu’au maximum 30 % de vos dépenses à visée énergétique. En clair, vous devrez tout de même sortir de votre poche les 70 % restants. Si, par exemple, vous vous endettez à hauteur de 5 000 €, vous n’aurez droit qu’à un crédit d’impôt de 1 500 € au maximum. Le reste sera donc pour vous.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette aide et/ou en faire la demande, c'est juste ici.

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)

Vous pouvez emprunter jusqu’à 30 000 € avec l’éco-PTZ si vous vivez dans un bien ancien. Il s’agit d’un prêt très intéressant car il est remboursable sans intérêt. Pour en bénéficier, il faut :

  • Etre propriétaire occupant (c’est-à-dire que vous possédez votre logement et que vous résidiez dedans) ou bailleur
  • Que votre logement ait été construit avant 1990

Aussi, il faut :

  • Soit que vous fassiez au moins 2 des travaux suivants : isolation thermique de la toiture, isolation thermique d'au moins la moitié de la surface des murs donnant sur l'extérieur, isolation thermique d'au moins la moitié des fenêtres et remplacement des portes donnant sur l'extérieur, installation, régulation ou remplacement de système de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire, installation d'équipements de chauffage utilisant une source d'énergie renouvelable, installation d'équipements de production d'eau chaude sanitaire utilisant une source d'énergie renouvelable
  • Soit que vous fassiez des travaux de réhabilitation de votre système d'assainissement non collectif par des dispositifs ne consommant pas d'énergie, ou des travaux permettant d'atteindre une performance énergétique globale minimale de votre logement déterminé par une étude thermique réalisée par un bureau d'étude thermique

Alors, bonne ou mauvaise idée l’éco-PTZ ? Comme pour le crédit d’impôt, tout dépend de votre capacité de remboursement. Mais à la différence de ce dernier, vous devrez rembourser l’intégralité de la somme qui a servi à financer vos travaux. Le seul avantage de ce prêt, c’est que vous n’aurez pas à payer d’intérêts. Cela est très intéressant certes, mais si vous êtes ric-rac, ça ne vous aidera pas beaucoup. L’éco-PTZ peut être remboursé sur 15 ans pour les travaux de rénovation les plus lourds, et donc les plus chers. Pour les autres, il va falloir négocier avec votre banque. Alors, c'est à vous de voir !

Pour en savoir plus sur cette aide et/ou en faire la demande, c'est par ici.

Aide de l’Anah

L'Agence nationale de l'habitat (Anah) peut vous accorder une subvention pour la réalisation de travaux dans les biens anciens. Pour cela, il faut que vous soyez propriétaire occupant ou bien que vous louiez votre logement. Avec cette aide, vous pouvez percevoir jusqu’à 50 000 €. Une seule condition : que vos travaux permettent une amélioration de la performance énergétique d’au moins 25 % pour les propriétaires occupants et 35 % pour les bailleurs.

Par ailleurs, sachez que cette aide est destinée aux foyers « modestes » ou « très modestes ». Selon l’endroit où vous vivez et le nombre de personnes composant votre foyer, différents plafonds de revenus seront imposés pour déterminer si vous avez droit ou non à cette aide. En clair, si vous gagnez beaucoup d’argent, vous ne pourrez pas en bénéficier. Pour découvrir les plafonds, cliquez ici.

Mais attention, dans tous les cas, il faudra assumer vous-même une partie du coût de vos travaux. En effet, pour les propriétaires occupants, les ménages « très modestes » pourront bénéficier d’un maximum de 50 % de subvention sur le coût des travaux, et les foyers « modestes » de 35 %. Les propriétaires bailleurs peuvent, eux, bénéficier d'une subvention à hauteur de 25% du coût de leurs travaux. Encore une fois, si vos ressources ne sont pas suffisantes, vous risquez donc de vous endetter. Mieux vaut en discuter avec vos proches et votre banquier avant de vous engager.

Les primes d’énergie

Les primes d’énergie sont « un coup de pouce supplémentaire » pour vous aider à financer vos travaux d'économies d'énergie, assure le site du gouvernement. Et il faut avouer qu’elles sont plutôt intéressantes puisqu’elles vont de 50 € pour l'installation d'un émetteur électrique à régulation électronique à fonctions avancées à 1 300 € pour le remplacement d'une chaudière individuelle par une chaudière neuve au bois de classe 5. Le montant des primes qui vous seront accordées dépendront toutefois du type de travaux réalisés, de l’endroit où vous habitez et de vos revenus. Selon le ministère de l’Environnement, 45 % des ménages peuvent tout de même en bénéficier. Pour savoir si vous aussi, cliquez ici.

Un prêt de la CAF pour les travaux d'amélioration de l'habitat

Si vous êtes allocataire de la Caf et propriétaire du logement dans lequel vous vivez, vous pouvez bénéficier d’un prêt égal à 80 % du montant de vos dépenses en travaux. La limite est de 1 067,14 €. Il s’agit donc d’une solution utile pour des petits travaux, d’autant plus que vous n’aurez que 20 % du montant à payer de votre propre poche. Attention, ce prêt concerne uniquement les travaux de rénovation, d'amélioration ou d'isolation thermique. Pour en faire la demande en ligne, c'est par ici.

Des aides locales

Avez-vous pensé aux aides locales ? Les collectivités territoriales peuvent parfois financer une partie de vos travaux en vous accorder une aide. En fonction du lieu où vous habituez et de votre situation, vous y aurez droit ou non à plus ou moins d'aides. Pour savoir si vous pouvez bénéficier de certaines, c'est par là.