Tout ce qu'il faut savoir pour négocier le meilleur prêt immobilier possible

Jeudi 19 octobre 2017

Négocier son crédit immobilier n’est pas une mince affaire. En plus d’être une affaire de calculs, il s’agit d’une affaire de rapports humains. Alors voici nos conseils pour négocier au mieux votre emprunt.

Si vous souhaitez faire un prêt immobilier pour acheter l’appartement ou la maison de vos rêves, il va falloir négocier. Votre négociation portera sur deux choses :

  • Le taux d’intérêt
  • La durée de votre crédit

Pour un crédit longue durée, il faudra négocier le taux d’intérêt le plus bas possible. Mais plus la durée de votre crédit sera courte et plus vous aurez de chances d’avoir un taux d’intérêt bas. Tout dépend donc de votre capacité à rembourser rapidement ou non. Dans tous les cas, suivez ces conseils pour négocier le mieux possible.

Négociez un crédit de courte durée (seulement si vous le pouvez !)

Plus la durée de votre crédit sera courte, plus le taux d’intérêt sera intéressant.

Exemple :

Pour un crédit de 200 000 € à rembourser sur 20 ans avec un taux d’intérêt de 2 % : vous devrez rembourser 1011 €/mois. Au total, vous donnerez à la banque près de 43 000 €.
Pour un crédit de 200 000 € à rembourser sur 25 ans avec un taux d’intérêt de 2,5 % : vous devrez rembourser 897 €/mois. Au total, vous donnerez à la banque plus de 69 000 €.

Vous comprenez donc que négocier une durée plus courte est plus intéressant car au final, vous paierez moins. En prenant nos exemples, vous paierez 26 000 € de moins avec le crédit sur 20 ans. Mais si vous n'avez pas les moyens de rembourser plus tous les mois, mieux vaut prendre un crédit plus longue durée quitte à payer plus au final. Pour faire vous-même vos simulations, c’est par ici

Maintenant que vous savez sur quoi négocier, nous allons vous expliquer comment négocier !

Demandez un prêt amortissable

Une autre astuce pour faire des économies sur son crédit immobilier est de demander un prêt amortissable. Ce qui est bien avec ce type de prêt, c’est que vous paierez la même chose tous les mois. Vous n’aurez donc pas de mauvaise surprise ! 

Privilégiez les taux fixes aux taux variables

Le fonctionnement d'un crédit à taux fixe est simple : son taux d'intérêt ne change jamais. Par contre, avec les crédits à taux variables, c'est différent. Leurs taux sont indexés sur un taux d'intérêt qui peut varier en fonction des marchés financiers. En gros, vous prenez un risque en prenant un crédit à taux variable. Ce risque est d'autant plus important que les taux sont actuellement faibles, ce qui signifie qu'au mieux, avec un taux variable, vous allez gagner 0,2 %. Pour un crédit de 200 000 €, vous ne gagnerez donc que 400 € au final. Mais ça, c'est dans le meilleur des cas. Vous avez beaucoup plus de chances de perdre de l'argent car, comme on vous l'a déjà dit, les taux sont faibles aujourd'hui, ce qui veut dire qu'ils ne peuvent que grimper à l'avenir. Méfiez-vous donc. Mieux vaut jouer la sécurité et partir sur un crédit à taux fixe.

Evitez les découverts

La première règle pour obtenir un prêt immobilier intéressant est de ne pas se retrouver à découvert durant les 6 mois précédant votre demande. C’est tout bête mais cela démontrera à votre banquier votre sérieux. S’il voit que vous êtes capable de gérer votre budget, il vous fera d’autant plus confiance pour lui rembourser votre crédit immobilier par la suite.

Ne soyez pas trop endetté

Votre taux d’endettement ne doit pas dépasser 30 % de vos revenus sauf si bien-sûr vous êtes très riche. Le mieux est d’avoir un taux d’endettement ne dépassant pas 15 % de vos revenus. Encore une fois, cela montre votre capacité à gérer votre argent et rassure donc les banques. L’idée, c’est que si vous gagnez, par exemple, 2 000 € par mois, vous n’ayez pas plus de 300 € de dettes à rembourser tous les mois.

Faites appel à un courtier

Faites comme près d’un Français sur deux. Faites appel à un courtier. Moyennant une paie de 500 à 1 500 €, le courtier ira voir toutes les banques à votre place pour négocier ce dont vous avez besoin. Faire appel à un courtier peut donc être une solution pratique pour gagner du temps. En plus, celui-ci connaît parfaitement les offres présentes sur le marché car c’est son métier. Il sera donc bien meilleur que vous pour dénicher les meilleures d’entre elles et vous permettra peut-être d’économiser plusieurs milliers d’euros au final.

Faites jouer la concurrence

Prenez rendez-vous avec plusieurs banques avant de vous engager. Et faites jouer la concurrence pour faire baisser le taux d’intérêt de votre crédit ou pour négocier vos frais de dossier à la baisse. Si vous vous adressez à votre banquier, il pourra peut-être consentir à un effort en échange de l’ouverture d’un livret A ou autre dans son établissement. Rien que si gagnez 0,1 %, ce sera un super coup ! En effet, sur un emprunt de 200 000 € sur 20 ans avec un taux d’intérêt de 1,9 % au lieu de 2 %, cela représente tout de même 2 500 € d’économies au final !

Ayez un apport personnel

Plus votre apport personnel sera important, plus vous pourrez négocier des taux d’intérêt bas car la banque prendra moins de risque à vous prêter de l’argent. En général, les banques réclament un apport personnel minimum équivalent à 10 % de votre crédit. Le but : couvrir les frais de notaire. Si vous n’avez pas assez d’argent pour vous constituer un apport personnel, vous pouvez toujours essayer de demander à un membre de votre famille de vous avancer l’argent.

Choisissez bien votre assurance de crédit

Si vous faites un crédit immobilier, vous serez obligé de prendre une assurance qui va avec. Et ça peut coûter jusqu’à 1/3 du montant de votre crédit, donc très cher. Une seule exception : si vous avez placé l’équivalent du montant de votre crédit sur une assurance vie. Mais pour cela, il faut déjà avoir pas mal d’argent ! Le but d’une assurance de crédit (aussi appelée assurance emprunteur) est de garantir le paiement de vos mensualités de crédit en cas de décès, d’invalidité ou d’incapacité temporaire de travail. Il s’agit donc pour le banquier d’un moyen de se protéger. Si vous devenez invalide et que vous ne pouvez plus travailler, par exemple, la banque sera quand même remboursée. L’avantage pour vous, c’est que, grâce à cette assurance, votre famille n’aura pas à rembourser votre crédit s’il vous arrivait quelque chose. Elle pourra donc hériter de votre bien sans problème. Néanmoins, il est important de bien choisir son assurance. Votre banquier tentera sûrement de vous vendre l’assurance de sa banque. Vous pouvez refuser. Mais dans le cas où vous n’auriez pas fini de négocier avec lui et que vous auriez peur qu’un refus desserve votre cause, ne vous inquiétez pas. La loi vous autorise à changer d’assurance jusqu’à un an après l’obtention de votre crédit. Vous aurez donc tout le temps de choisir l’assurance qui vous convient.

Vous voilà désormais fin prêt pour négocier avec votre banquier. Ne soyez toutefois pas trop gourmand car vous ne pourrez pas négocier sur tout. Mais si, grâce à nos conseils, vous arrivez à quelques compromis, ce sera déjà ça de gagné !