Préparer sa retraite : l’art et la manière

Mardi 15 mai 2018

Se préparer à la retraite, c’est anticiper la baisse de ses revenus et de son pouvoir d’achat. Des solutions existent toutefois pour y faire face. On vous explique tout en détail.

« Pour préparer ta retraite, diminue tes prétentions », écrivait la femme de lettres et poétesse Anne Barratin. Une citation qui n’est pas dénuée de sens. En effet, lorsque l’heure de la retraite aura sonné, vos revenus risquent de largement diminuer. Selon une enquête du service statistique du ministère des Solidarités et de la Santé, la pension moyenne d’un retraité français est de 1 361 € nets par mois, soit 15 % de plus que le SMIC. Autant dire qu’il peut être frustrant d’avoir travaillé d’arrache-pied toute sa vie pour ne pas pouvoir en profiter pleinement le moment venu. Pour autant, des solutions existent pour profiter d’une retraite confortable malgré une petite pension.

Le secret d’une retraite confortable réside avant tout dans sa préparation. Le problème, c’est que les Français ne sont que 39 % à préparer ce moment fatidique, selon une étude d’OpinionWay pour Agirc-Arrco. Soulignons tout de même que plus l’âge de la retraite approche, plus ils s’organisent puisque 55 % des plus de 50 ans disent s’en préoccuper contre seulement 31 % des moins de 35 ans. D’une manière générale, disons qu’il faudrait commencer à préparer sa retraite autour de la quarantaine car il s'agit d'un véritable tournant de la vie. Un tournant qu’il vaut mieux ne pas prendre en pleine figure.

A lire aussiLa retraite pour les nuls : tout ce qu’il retenir en quelques points clés

L’immobilier, un placement en bonne et due forme

La première solution pour s’assurer un bon niveau de revenus est de devenir propriétaire. La raison est simple : l’immobilier est un placement très sûr. Une fois à la retraite, si vous êtes proprio, vous n’aurez pas à supporter le poids écrasant d’un loyer. D’autant plus écrasant que vos revenus auront chuté et que, pour rappel, le loyer reste le principal poste de dépenses des ménages.

De plus, en investissant dans l’immobilier, vous pourrez toujours revendre votre bien quand vos enfants seront partis et que vous n’aurez plus besoin de tant d’espace. Vous pourrez alors retrouver un logement plus adapté à vos besoins tout en empochant une belle petite somme au passage. Mais attention, mieux vaut investir jeune. En effet, une fois que vous serez à la retraite, votre pouvoir d’achat va diminuer. Il se peut donc que vous ayez du mal à rembourser votre crédit. A contrario, plus vous investissez jeune, plus vous aurez de chances de vous débarrasser de votre crédit rapidement.

En devenant propriétaire, vous pourrez également choisir de vendre en viager. Même si cette solution est un peu morbide, elle vous permettra de profiter d’un complément de revenus non-négligeable puisque le futur propriétaire devra vous verser une rente jusqu’à votre mort. Si vous avez des enfants, vendre en viager revient toutefois à les déshériter, ce qui n'est pas forcément une bonne idée. En revanche, dans le cas où vous n'auriez aucune descendance, il peut s'agir d'une super affaire. Le futur proprio, lui, n’a qu’à bien se tenir et attendre que vous deveniez centenaire pour rendre votre dernier souffle comme Louis Martinet dans le célèbre film de Pierre Tchernia, Le Viager.

L’épargne : le placement préféré des Français

Mais peut-être préférez-vous miser sur une autre source de revenus ? Dans ce cas, pourquoi ne pas placer votre argent ? Différentes solutions vous permettront d'augmenter vos gains. Vous pouvez tout d’abord investir dans une assurance-vie. L’avantage de ce placement, c’est que vous pourrez récupérer votre argent et ses plus-values dès vous le voudrez en faisant une demande de rachat total ou partiel. Comme pour l’immobilier, plus vous vous y prendrez tôt, mieux ce sera puisque vous aurez alors tout le temps de faire fructifier votre argent.

A lire aussiL’assurance-vie : à quoi ça sert et comment ça marche ?

Autrement, il a bien-entendu l’épargne retraite. Différents dispositifs existent. Le plus connu d’entre eux, le plan d'épargne retraite populaire (Perp), vous permettra, une fois atteint l’âge de la retraite, d’envisager une sortie sous forme de rentes, sous forme de capital ou bien un mix des deux. En clair, cela signifie que vous pourrez soit :

  • Percevoir périodiquement (tous les mois, trimestres, semestres...) un complément de revenus, ce qui vous permettra de profiter d’une retraite confortable
  • Percevoir l’ensemble de l’argent placé à condition que votre rente soit faible (pas plus de 40 € par mois)
  • Percevoir une rente à hauteur de 80 % de l’argent épargné et percevoir les 20 % restants sous forme de capital. Un bon compromis si vous avez des projets mais que vous voulez quand même toucher une rente

A lire aussi Epargne retraite : principe, mode d’emploi et différences entre les contrats

Des alternatives plus originales

​En dehors de ces investissements somme toute assez classiques, il existe toute une ribambelle de solutions plus originales les unes que les autres. Par exemple, pourquoi ne pas tout miser sur l'immobilier ? Vous pouvez très bien acheter un ou plusieurs appartements (ou studios) en fonction de vos moyens et les mettre en location. Cette rente locative vous assurera un bon complément de revenus. Bien-entendu, si vous n'en avez pas les moyens, ne dépensez pas toutes vos économies pour acheter une chambre de bonne à Paris mais optez plutôt pour un joli petit studio dans une ville où l'immobilier est moins élevé.

Il se peut toutefois que vous n'ayez pas assez d'argent pour investir dans l’immobilier. Ou du moins, dans l’immobilier tel que vous le concevez… Vous voyez où nous voulons en venir ? Non ? On vous explique. Avez-vous, par exemple, pensé à investir dans une ou plusieurs places de parking ? Leur rendement moyen est de 5 %, soit entre 2 à 3 fois plus qu’une assurance vie. A l’heure où les grandes villes réduisent les places de stationnement et revoient le prix des amendes à la hausse, investir dans un box peut s’avérer être un business très fructueux. Vous trouverez des places de parkings à partir de 6 000 € dans les villes moyennes, ce qui n’est pas un énorme investissement.

L'avantage avec les parkings, c'est que les charges sont faibles et les risques de dégradation quasi inexistants. Au pire des cas, il vous suffira d'un coup de peinture pour le remettre à neuf. De plus, les loyers ne sont pas plafonnés. Avant de vous lancer, prenez tout de même le temps d’approfondir vos recherches et de trouver un parking bien situé et en bon état. Sinon, vous risquez de ne pas réussir à en tirer grand-chose. Sachez également que le principal intérêt des parkings se situe dans leur rendement locatif, et non la revente. En effet, si les prix de l’immobilier ont été multipliés par deux en 10 ans, les parkings, eux, n’ont pris que 15 % sur la même période. 

D'une manière générale, retenez qu'un placement n'est bon qu'à partir du moment où vous le comprenez. Cela signifie que si vous n'y comprenez rien en matière de placements financiers, l'assurance vie n'est peut-être pas faite pour vous. A contrario, si le business de l'immobilier ne vous parle pas, évitez d'investir à tout-va dans des appartements. Le plus important est d'être à l'aise avec votre investissement. Si vous aimez les animaux et les bons produits du terroir, peut-être devriez-vous alors songer à investir dans des vaches laitières !

A lire aussiMieux que le livret A : la vache laitière !

Pour anticiper la baisse de leurs revenus, certains retraités choisissent également de continuer à travailler. A temps plein ou à temps partiel, il est toujours possible de s'arranger. Une solution qui peut s'avérer intéressante si vous avez peur de vous ennuyer à la retraite. Selon le service statistique du ministère de la Santé et des Solidarités (Drees), 3,3% des retraités cumulent emploi et retraite.

Au final, les pensions ne représentent que 80 à 90 % des ressources des retraités. Grâce à leur patrimoine, aux prestations sociales ou encore à leurs autres revenus d'activité, les retraités perçoivent en moyenne 1 760 € nets par mois. Pas si mal, non ?

La retraite, c'est aussi une nouvelle vie

L'argent ne fait toutefois pas le bonheur. C'est pourquoi la retraite est aussi une histoire de coup de coeur. C'est le moment où vous allez pouvoir faire tout ce que vous n'avez jamais réussi à faire au cours de votre vie. Une envie de voyage ? Plus besoin de déposer un jour de congès. Reprendre les études ? C'est possible. Devenir un spécialiste du système solaire ? Inscrivez-vous dans un club d'astronomie. Bref, tous vos rêves sont à portée de main.

Le problème, c'est qu'avec l'âge, vous avez peut-être perdu une partie de vos proches. Ou il se peut que vous ne soyez pas très proche de votre famille. La retraite peut aussi s'assimiler à une grande solitude. Le tout, c'est de ne pas rester les bras croisés à ne rien faire. Pour ce faire, il suffit de vous inscrire dans un club. Il y en a dans toutes les villes de France et ils proposent souvent des activités très différentes. De la lecture à la musique, en passant par la randonnée ou encore le yoga, il suffit d'oser franchir le cap. 

Autrement, vous pouvez passer par Internet. Le site « Senior et Rosalie » se propose, par exemple, de vous aider à faire de nouvelles rencontres. Vous pouvez vous y inscrire gratuitement. Vous aurez ensuite accès à la liste des activités organisées dans votre région. En fonction de vos centres d'intérêt, vous pourrez choisir d'y participer ou non. Un bon plan pour élargir son cercle d'amis !

L’expatriation pour changer de vie à moindre coût

Saviez-vous également que, pour assouvir leur rêve de jeunesse, plus de 1,2 million de retraités ont opté pour l'expatriation ? Ils choisissent bien souvent des pays où le coût de la vie est moins élevé qu’en France et où il est possible de trouver un logement sans se ruiner. Des pays dans lesquels une petite retraite est largement suffisante pour passer ses vieux jours au soleil.

Pour autant, mieux vaut bien réfléchir avant de faire ce choix. Si le pays dont vous rêviez depuis des années n’est pas tel que vous l’imaginiez ou bien si vous ne vous attendiez pas à un tel décalage avec vos habitudes, votre rêve risque bien de virer au cauchemar. Par ailleurs, en s’expatriant, il faut bien prendre en compte que vous serez loin de votre famille et qu’ils n’auront pas forcément les moyens de vous rendre visite aussi souvent que vous le souhaiteriez. Car si la vie n’est pas chère à l’autre bout du monde, ce n’est pas le cas des billets d’avion…

A lire aussiLe guide de l'expatrié pour les nuls

Les bons plans seniors

L’expatriation ne vous dit rien ? Sachez qu’il est toujours possible de ruser pour profiter de votre retraite malgré une petite pension et l’absence de rente. Comme les étudiants qui ont accès à tout un tas de bons plans grâce à leur statut, les seniors, eux-aussi, ont leurs avantages. La Carte Citoyenne-Citoyen de Paris vous permettra, par exemple, d’accéder gratuitement à une offre complète d'activités sportives. Pour en bénéficier, il vous suffit d’avoir 55 ans ou plus. Même pas besoin d’être à la retraite ! 

Plus largement, des tas de cartes et d’offres réservées aux seniors vous permettront de faire des économies. En train, en avion, dans les transports en commun, au cinéma, au musée, dans les bibliothèques, à la piscine… il fait bon d’être retraité ! La plupart des villes de France proposent des offres de ce type. Le plus simple est donc de vous renseigner en vous rendant à la mairie ou directement sur le site Internet de votre ville. Si, enfant, vous rêviez de devenir danseur, sachez donc qu'il n’est peut-être pas trop tard pour prendre des cours !

A lire aussi Seniors, ne passez plus à côté des bons plans

Malgré tout, il faut admettre que l’âge de la retraite venu, il se peut que vous n’ayez pas anticipé la baisse de vos revenus et qu’il soit trop tard pour investir ou pour épargner. Dans ce cas, les bons plans seniors pourront grandement vous aider mais ils ne seront peut-être pas suffisants. La solution consiste alors à revoir votre train de vie. Pour parler clairement, il va peut-être falloir vous serrer un peu la ceinture.

Si vous vivez dans un 100 m2 alors que tous vos enfants ont quitté la maison, vous pouvez, par exemple, rechercher un logement plus petit. Si vous comptiez profiter de la retraite pour faire le tour du monde, vous devriez plutôt vous contenter d’un pays par an, ce qui n'est déjà pas si mal. Bref, chaque poste de dépenses doit être revu et optimisé afin d’en tirer les économies nécessaires. Anne Barratin n’avait finalement peut-être pas tort : « pour préparer ta retraite, diminue tes prétentions ». A moins qu’elle n’ait malheureusement pas pu lire notre article à temps ?