Voiture neuve : ce que vous devez faire en cas de panne

Mercredi 25 octobre 2017

Vous venez d’acheter une voiture mais celle-ci présente déjà quelques problèmes au compteur ou tombe carrément en panne ? Voici les étapes à suivre.

Normalement, une voiture neuve est censée fonctionner correctement durant un bon moment. Si, à peine quelques semaines ou quelques mois après l’achat de votre véhicule, vous constatez déjà des problèmes techniques et que vous n’en êtes pas responsable, ne laissez pas traîner le problème au risque de ne pas être indemnisé. Plus vite vous vous en occuperez, plus vous aurez de chances de réparer votre voiture gratuitement.

Tout d’abord, vous devez identifier la source du problème. Pour cela, emmenez votre voiture au garage. Le but : s’assurer que le problème rencontré ne soit pas lié à votre propre utilisation du véhicule. Si vous n’êtes pas fautif, c’est probablement qu’il s’agit d’un défaut de fabrication préexistant avant la vente du véhicule. Dans le jargon, on parle alors de vice caché. N’oubliez donc pas de conserver les factures qui vous seront remises après votre visite chez le garagiste car vous risquez d’en avoir besoin pour être remboursé plus tard.

Une fois que c’est fait, allez voir le concessionnaire ou le vendeur à qui vous avez acheté le véhicule pour lui expliquer le problème. Expliquez-lui que votre garagiste a constaté qu’il s’agissait d’un vice caché. Votre véhicule étant normalement encore sous garantie commerciale, vous devriez être protégé contre le moindre problème qui ne serait pas de votre ressort. Essayez de trouver un arrangement à l’amiable avec le concessionnaire. Par exemple, réclamez la prise en charge de vos frais de réparation ainsi que le remboursement de votre première expertise chez le garagiste.

Les actions en justice

S’il refuse, envoyez-lui un courrier de mise en demeure en recommandé avec accusé de réception. Dans ce courrier, exigez le remboursement de vos frais de réparation ou bien carrément le remboursement de la voiture en échange de sa restitution en fonction de la gravité du problème. N’hésitez pas à le prévenir de votre intention de le poursuivre en justice car c’est bien ce que vous allez devoir faire si le vendeur ne se plie pas à vos exigences. Si vous ne savez pas comment faire, rendez-vous sur litige.fr. C’est un site gratuit qui vous permet d'avoir accès à des tas de lettres prérédigées. En plus de cela, vous pourrez y découvrir de précieux conseils qui vous aideront dans vos démarches.

Si votre lettre reste sans réponse ou si le concessionnaire refuse de vous rembourser, vous devrez alors saisir le tribunal de grande instance afin de prouver que le vice caché était bien présent avant la vente du véhicule. Pour cela, vous devez impérativement avoir conservé toutes les preuves (devis de réparation, attestation, ...) que vous a fourni le garagiste lors de votre première visite. Si le vice caché est reconnu, vos frais de réparation et ceux engendrés par l'action en justice devraient vous être intégralement remboursés. N’hésitez donc pas à faire appel à un expert.

Enfin, sachez que vous ne bénéficiez que d’un délai de 2 ans suite à la découverte du vice caché pour lancer une action en justice. Alors ne tardez pas !