Fonction publique : les avantages et les inconvénients

Jeudi 14 décembre 2017

Sécurité de l’emploi, salaires, retraites, … Découvrez les différences qui continuent d’exister entre les fonctionnaires et les salariés du privé.

« La fonction publique, c’est la planque » a-t-on parfois l’habitude d’entendre. Mais est-ce bien vrai ? La fonction publique regroupe de si nombreux statuts et de si nombreuses catégories d’emplois qu’il est difficile de tout mettre dans le même panier. Essayons toutefois de faire un tour des avantages et des inconvénients communs à la plupart des métiers de l’administration.

La sécurité de l’emploi 

Le premier avantage de la fonction publique, il faut le reconnaître, c’est la sécurité de l’emploi. En effet, contrairement au privé, les agents de la fonction publique bénéficient d’une protection (presque) à toutes épreuves. Certains titulaires ont même le statut de fonctionnaire à vie. Seules une faute disciplinaire ou une insuffisance professionnelle peuvent déboucher sur un licenciement. Mais si un service ferme, par exemple, les agents sont immédiatement reclassés.

Conclusion : 1 point pour la fonction publique

Les salaires 

Selon une étude du gouvernement, le salaire net mensuel moyen dans l’ensemble de la fonction publique était de 2 185 € en 2013. Par comparaison, il était de 2 194 € dans le privé. Il n’y a donc quasiment aucune différence. En revanche, pour le salaire médian, c’est-à-dire le salaire au-dessus duquel la moitié des salariés gagne plus et l’autre moitié gagne moins, c’est autre chose. En effet, le salaire médian dans la fonction publique est de 1 954 € par mois contre 1 763 € dans le privé. 

Mais attention, de forts écarts de salaires subsistent en fonction du statut ou du poste occupé dans la fonction publique. Le salaire moyen des agents contractuels à temps complet dans la fonction publique territoriale est, par exemple, seulement de 1 656 € alors qu’un titulaire touche, en moyenne, 1 848 €. Autre exemple : un contractuel touche, en moyenne, 1 574 € contre 2 242 € pour un titulaire dans la fonction publique hospitalière. En revanche, plus un contractuel est diplômé ou spécialisé, plus il a de chances d’être mieux payé. Enfin, il faut souligner qu'il existe un écart de revenus d'environ 65 % entre les agents de catégorie A et ceux de catégorie C, c'est-à-dire entre les agents les plus qualifiés et ceux qui le sont le moins.

Conclusion : balle au centre

Les aides sociales

Saviez-vous qu’en travaillant pour la fonction publique, vous auriez droit à une aide sociale supplémentaire : le supplément familial de traitement. Elle est accordée aux familles qui ont au moins un enfant. Et plus vous avez d’enfants, plus cette aide devient intéressante. Plus étonnant, cette aide est proportionnelle aux revenus, c'est-à-dire que plus un fonctionnaire gagne d'argent, plus le montant de l'aide sera important.

Conclusion : 1 point pour la fonction publique

Les retraites 

La retraite est calculée sur les six derniers mois de salaire chez les fonctionnaires et les primes sont peu intégrées à ce mode de calcul. A contrario, dans le privé, la retraite est calculée sur les 25 meilleures années de travail et elle prend en compte les primes. Notons aussi que le taux de liquidation de la retraite (le ratio par lequel est multiplié le salaire de référence pour la retraite) est de 50 % dans le privé contre 75 % dans le public.

Malgré tout, la retraite des fonctionnaires est meilleure que dans le privé. Pour autant, cet écart peut s’expliquer par le fait que les fonctionnaires sont, d’une manière générale, plus diplômés que les salariés du privé et qu’ils ne connaissent pas le chômage au cours de leur carrière.

Conclusion : balle au centre

​Le délai de carence

Le jour de carence correspond à la journée durant laquelle, s’il tombe malade, un salarié n’est pris en charge ni par son employeur, ni par l’Assurance maladie. Dans le privé, le délai de carence est de 3 jours. Seuls les fonctionnaires ne sont pas soumis à ces conditions puisqu’ils n’ont qu’une journée de carence. L’Etat souhaite, lui, en finir avec ce privilège. Soulignons toutefois que la plupart des entreprises du privé paient quand même leurs salariés lorsqu’ils tombent malade.

Conclusion : balle au centre

La pension de réversion

Si vous êtes dans la fonction publique et que votre conjoint meurt, vous touchez une pension de réversion du régime de base. Une pension qui vous est reversée sans condition d’âge ou de ressources. Par contre, dans le privé, il faut avoir au minimum 55 ans et disposer de revenus inférieurs à 20 000 € par an.

Conclusion : 1 point pour la fonction publique