Assurance : franchise simple et franchise absolue

Lundi 25 février 2019

Le risque d’accident est présent, surtout pour les personnes les plus fragiles comme en témoignent les chiffres fournis par le portail de l’Economie, des Finances, de l’Action et des Comptes publics : en 2016, près de 5 millions de Français ont été victimes d’accidents domestiques. Parmi eux, ce sont surtout les jeunes enfants et les personnes âgées qui sont les plus touchées. Si certains risques peuvent être difficilement évités, être mal assuré moins. Voici le B.A.-ba sur un volet de l’assurance : la franchise.

L’assurance permet à une personne appelée « l’assuré » d’être protégée par l’assureur en cas de sinistre. On entend par sinistre l’ensemble des risques qui peuvent survenir à un individu : maladie, accident, vol, mort… Pour être assuré contre ces périls, il faut signer un contrat auprès d’une compagnie d’assurance. Toutes proposent un panel de protections adaptées selon vos besoins, votre profil et vos attentes. Par exemple, si vous êtes étudiant et que vous habitez dans votre premier appartement, il vaut mieux souscrire à une assurance habitation étudiant.

L’assurance protège à la fois les individus, les associations ou encore les entreprises. Mais cette protection ne se fait pas sans rémunération. Être assuré c’est avoir la garantie d’être protégé contre certains risques à condition de verser une rémunération convenue avec votre assureur.

Par ailleurs, certains risques ne sont pas toujours 100% indemnisés par l’assureur. Dans le cas où survient un sinistre, l’assurance intervient mais l’assuré doit aussi payer de sa poche une partie du coût de la réparation des dommages. Cette somme restant à la charge de l’assuré s’appelle la franchise. Elle est indiquée dans le contrat d’assurance sous forme de pourcentage ou de chiffres en euros.

Par exemple, les garanties optionnelles de votre contrat d’assurance auto, comme le vol de véhicule, le bris de glace ou encore les collisions, sont le plus souvent accompagnées d’une franchise. Il s’agit d’une somme d’argent que votre assureur ne remboursera pas. Il existe deux types de franchise supportée par l’assuré : la franchise simple et la franchise absolue.



La franchise simple

Souscrire à la franchise dite « simple » ou relative consiste à définir une somme d’argent à partir de laquelle votre assurance pourra intervenir. Si le montant du sinistre est inférieur ou égal à celui de la franchise, l’assuré paie le montant du préjudice et l’assureur n’intervient pas.

Par exemple, une vitre de votre voiture s’est cassée lors d’une tempête. Le montant du sinistre s’élève à 200 €. Or votre franchise relative est de 500 €. Dans ce cas, votre assureur ne vous couvrira pas car le montant du sinistre est inférieur au montant de la franchise. En résumé, vous devrez payer la totalité du montant des dégâts, soit 500 €.

Lorsque le montant du préjudice est supérieur à celui de la franchise, l’assureur rembourse intégralement les réparations. Pour reprendre l’exemple précédent, si votre franchise s’élevait à 100 €, alors c’est votre assureur qui paie intégralement le montant des réparations de votre vitre, soit 200 €.


 

La franchise absolue

Si vous souscrivez à une franchise absolue, vous devez verser le montant de votre franchise en cas de sinistre. En cas d’excédant, votre assureur vous indemnise.

Par exemple, plusieurs fenêtres de votre logement ont été cassées lors d’une tempête. Le coût des réparations vaut 700 € alors que votre franchise s’élève à 300 €. Dans le cas de la franchise absolue, vous devez verser le montant de votre franchise, soit 300 €, puis votre assureur prend en charge le reste, soit 400 €.

La franchise, qu’elle soit simple ou absolue, peut être variable ou fixe.



La franchise de type fixe

Si elle est fixe, celle-ci est indiquée en euros sur votre contrat d’assurance. En souscrivant une franchise fixe, l’assuré paiera toujours la même somme (montant de la franchise) et ce quel que soit le montant des dommages. Exception : en cas de sinistre pour lequel la responsabilité de l’assuré est engagé.
 

 

La franchise de type variable

Si la franchise est variable, celle-ci est indiquée en pourcentage sur votre contrat d’assurance. En souscrivant une franchise variable, le montant de celle-ci varie en fonction du coût des dommages. Cette franchise est assortie d’un montant minimal et maximal.

Prenons l’exemple d’une franchise variable d’un taux de 10 % dont le minimum est de 200 € et le maximum de 500 €.
 

  • Si vos dégâts sont estimés à 1 000 €, les 10 % de ce montant équivalant à 100 € sont inférieurs à votre minimum (100 < 200), alors vous devez payer 200 €. Puis, votre assurance prend le reste, soit 800 €. Dans ce cas vous perdez 100 €.
     
  • En revanche, si le coût des dégâts s’élève à 6 000 €, les 10 % équivalant à 600 € dépassent le plafond maximum (500 €), alors vous versez 500 € et votre assurance prend le reste, soit 5 500 €. Dans ce cas vous gagnez 100 €.


La plupart des assurances proposent un contrat avec franchise fixe et absolue. Ce type de franchise est le plus sûr car leur montant est indiqué en euros et ne bouge pas. Vous savez très facilement combien vous devez payer quel que soit l’incident survenu.