Chômage : quelle mutuelle santé faut-il choisir ?

Jeudi 19 octobre 2017

Vous venez de perdre votre emploi et craignez pour le devenir de votre mutuelle. Pas de panique, voici comment en retrouver une.

A moins que vous ayez souscrit à une mutuelle individuelle, il est fort probable que vous ne soyez plus couvert par votre mutuelle d’entreprise lorsque vous vous retrouvez au chômage. Mais pas de panique, cette couverture ne prend pas fin du jour au lendemain. En effet, vous converserez vos garanties tant que vous continuerez de percevoir des allocations chômage pendant au maximum un an. Une seule condition : que vous cherchiez activement du travail.

Notons que pour avoir droit de conserver sa mutuelle de groupe, il faut :

  • Bénéficier de l’assurance chômage (fin de contrat, licenciement, rupture conventionnelle, certains cas de démission, …).
  • Ne pas avoir été licencié pour faute lourde.
  • Avoir au moins un mois d’ancienneté dans l’entreprise (ou plus selon les entreprises).
  • Que votre ancienne entreprise relève des organisations patronales signataires.
  • Que la souscription à votre ancienne mutuelle d’entreprise ait été obligatoire, et non facultative.

Ce qu’il y a de bien en gardant sa mutuelle de groupe, c’est qu’aucun délai de carence n’est appliqué. En clair, vous restez couvert sans interruption alors qu’en souscrivant à une nouvelle mutuelle, vous devrez parfois attendre plusieurs mois avant d’avoir accès à vos remboursements et aux garanties.

Quoi qu’il en soit, une fois le délai d’un an passé, plusieurs choix s’offre à vous :

  • Si vous êtes marié ou pacsé, vous pouvez demander un rattachement à la mutuelle de votre conjoint via sa mutuelle d’entreprise.
  • Vous pouvez également souscrire à une mutuelle individuelle. Pour réduire les coûts, choisissez une mutuelle à la carte afin de ne choisir que les garanties qui sont susceptibles de vous être utiles (par exemple, prenez une garantie liée aux soins optique si vous avez des problèmes de vue mais ne prenez pas de garantie pour les problèmes auditifs si de ce côté-là, tout va bien).

Notons également qu’il est parfois plus intéressant financièrement de prendre une mutuelle individuelle que de garder celle de son ancienne entreprise.

Et si à cause du chômage, votre situation financière s’est trop dégradée pour que vous puissiez prendre une mutuelle, vous pouvez être pris en charge par :

  • La Couverture Maladie Universelle (CMU). Il s'agit d'une protection qui permet aux personnes ayant de faibles revenus d’être affilié à l’Assurance maladie. Elle ne fonctionne donc pas comme une complémentaire santé mais vous permet d’avoir accès au remboursement de vos soins de base.
  • La Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C). C’est une sorte de mutuelle gratuite grâce à laquelle vous n’avez à avancer aucun frais.
  • L’Aide à la Complémentaire Santé (ACS) : c’est une aide de l’Assurance maladie dont le but est de vous permettre de financer, partiellement ou totalement, une mutuelle. L'ACS n’est accordée qu’aux personnes n’ayant pas accès à la CMU-C.

Pour en savoir plus sur ces aides et sur les conditions à remplir, cliquez ici.

Enfin, si vous étiez déjà couvert par une mutuelle individuelle mais qu’à cause de la perte de votre emploi, vous ne pouvez plus en assumer le coût, demandez simplement à votre mutuelle de baisser en gamme.