Investir dans un parking : une bonne affaire ?

Jeudi 14 juin 2018

Obtenir un rendement locatif sans investir trop d’argent est possible avec les parkings. Découvrez les avantages et les inconvénients de ce placement plutôt original. 

Vous souhaitez diversifiez votre patrimoine ? Vous souhaitez percevoir un rendement locatif mais vous n’avez pas l’argent pour investir dans un appartement ou un studio ? A l’heure où les grandes villes réduisent les places de stationnement et revoient le prix des amendes à la hausse, les parkings sont devenus une bonne alternative. Pour autant, avant d’investir, mieux vaut connaître tous les tenants et aboutissants de ce type de placement. Explications.

Les avantages

Le prix

Investir dans un parking présente plusieurs avantages. Tout d’abord, le prix. Selon la Chambre des notaires de Paris, le prix d’achat moyen d’un parking est de 15 000 € en région parisienne (contre 24 500 € à Paris intra-muros). Et en province ? Les prix vont de 6 000 à 25 000 € en fonction des villes, des quartiers et des emplacements. Voilà qui est plus abordable pour commencer. D’autant plus que le rendement locatif est loin d’être mauvais.

Le rendement locatif

Le rendement locatif moyen des parkings était de 5 % en 2017, soit entre 2 à 3 fois plus qu’une assurance vie. Par comparaison, sur la même période, le rendement de l’immobilier locatif était de 3,3 % en moyenne à Paris, où l’immobilier est saturé, et de 6 % à Rennes, une des grandes villes les plus attractives et les plus rentables du moment. Avec un rendement locatif moyen de 5 %, les parkings s’en tirent donc plutôt bien, voire très bien.

Les loyers

Si le rendement locatif est bon, c’est aussi parce que, contrairement à l’immobilier, les loyers des parkings ne sont pas plafonnés. Mais attention, si vous n’investissez pas au bon endroit, vous risquez d’avoir du mal à être rentable. Les techniques pour dénicher les meilleures places ? Privilégiez :

  • Les centres-villes
  • Les zones où les places de stationnement sont rares et les besoins importants
  • Les parkings bien éclairés et sécurisés
  • Les box fermés
  • Les places de parking spacieuses
  • Les places de parking au premier sous-sol
  • Les places de parking proches des issues (ascenseur ou escalier)

La fiscalité

Qui dit petite surface, dit petits impôts. Si vos revenus locatifs sont inférieurs à 15 000 € par an, vous bénéficierez d’un abattement de 30 % sur le montant de votre impôt foncier au micro-régime. Pas mal, non ?

Le bail

La loi est très souple en ce qui concerne les baux des parkings. Même pas besoin de signer un contrat écrit ! Un simple accord oral avec votre locataire suffit pour louer votre emplacement. Il n’est en revanche pas conseillé d’opter pour cette solution. En effet, en cas de problème, vous vous retrouverez sans preuve et vous serez donc perdant. Mieux vaut être prudent. Enfin, pour ce qui est de la durée du contrat de location, il faut savoir qu’elle est libre, ce qui signifie que vous ou votre locataire pouvez rompre le contrat à tout moment. Un bon point si vous êtes sûr de facilement retrouver un locataire.

Les charges et l’entretien

Autre point positif des parkings : l’entretien. Contrairement aux appartements ou aux maisons, les risques de dégradation sont très faibles dans un parking. Au pire des cas, un simple coup de peinture suffira à le remettre à neuf. Les charges, elles aussi, sont faibles à moins que vous n’investissiez dans un parking situé dans une copropriété. Dans ce cas, vous devrez participer aux charges de copropriété de l’immeuble.

Les inconvénients

Les frais de notaire

Les frais de notaire, c’est le gros point faible des parking. La raison ? Ils sont plafonnés à 10 % du prix de vente, ce qui peut vite faire grimper l’addition. Ceci est encore plus vrai si votre parking ne coûte pas trop cher à l’achat. La raison ? Les frais de notaires pour un parking sont composés d’une partie fixe et d’une partie variable. Cette dernière comprend des émoluments notariés qui sont dégressifs. Concrètement, cela signifie que moins un parking ne coûte cher, plus vous allez payer en frais de notaire. Il n’est donc pas rare que vous payiez jusqu’à 10 % du montant de votre achat en frais de notaire. En clair, pour un parking acheté à 15 000 €, vous risquez donc de débourser jusqu’à 1 500 € en plus.

Pour faire une estimation de vos frais de notaire, c’est par ici !

La revente

Le principal intérêt des parkings se situe dans leur rendement locatif, et non la revente. En effet, si les prix de l’immobilier ont été multipliés par deux en 10 ans, les parkings, eux, n’ont pris que 15 % sur la même période. Si vous investissez dans un parking, soyez donc sûr de votre coup pour ne pas revendre trop rapidement.