Epargne retraite : principe, mode d’emploi et différences entre les contrats

Vendredi 04 mai 2018

L’âge de la retraite approche à grands pas ou, encore mieux, il vous reste de belles années avant de quitter la vie active ? L’épargne retraite est faite pour vous.

Pour résumer, on pourrait dire que le principe de l’épargne retraite est un peu le même que celui des mutuelles par rapport à la Sécurité sociale. De quoi s’agit-il concrètement ? Tout simplement d’un produit d’épargne (comme le livret A, l’assurance-vie…) qui vous permet, une fois atteint l’âge de la retraite, de percevoir périodiquement un revenu supplémentaire. Sachant que vos revenus risquent de largement diminuer à la retraite, souscrire à un plan d’épargne retraite peut donc s’avérer être une idée très intéressante.

Il existe à l’heure actuelle 4 dispositifs différents :

  • Le « Madelin » : c’est un contrat réservé aux indépendants
  • Le Perp (plan d'épargne retraite populaire) : il est ouvert à tous les salariés
  • Le Perco (plan d'épargne pour la retraite collectif) : il permet à chaque salarié de se constituer une épargne grâce à sa société
  • Le plan d'épargne entreprise (PEE), également connu sous le nom d’article 83 : il s’agit d’un contrat d'assurance vie collectif souscrit par l'entreprise pour ses salariés

Le Perp et le « Madelin », deux contrats similaires pour deux classes de travailleurs

Si le « Madelin » est réservé aux indépendants et le Perp ouvert à tous les salariés, ces deux plans d’épargne retraite sont tout de même assez similaires. Vous allez y verser une partie de vos revenus jusqu’à la retraite où vous bénéficierez alors d’une rente jusqu’à la fin de vos jours. Au niveau de la fiscalité, les sommes versées y sont, dans les deux cas, déductibles à hauteur de 10 % par an.

Le plafond de déduction n’est toutefois pas le même puisque vous avez droit jusqu’à 73 504 € pour le « Madelin » contre seulement 30 893 € sur un Perp (ou 3 862 € si le montant est plus élevé). Avec le Perp, vous êtes toutefois libre des montants que vous allez verser, ce qui n’est pas le cas avec le « Madelin » puisqu’un montant annuel est décidé à l’ouverture. Enfin, retenez que le seul et unique objectif du « Madelin » est d’obtenir une rente à la retraite. A contrario, avec le Perp, vous pourrez, en fonction des cas, envisager une sortie sous forme de rentes, sous forme de capital ou bien un mix des deux.

Notons également que si un indépendant peut très bien opter pour un Perp, l’inverse n’est pas vrai. Par ailleurs, si vous êtes salarié et que vous devenez indépendant, ou inversement, vous ne pourrez transférer votre épargne de l’un à l’autre, ce qui n’est pas pratique puisque vous allez vous retrouver avec une épargne répartie sur plusieurs contrats. Le gouvernement compte toutefois réformer ceci dans le cadre de sa loi Pacte qui sera présentée d’ici fin mai ou début juin 2018. 

Le Perco et le PEE : si proches, si loin ?

Qu’en est-il du Perco et du PEE ?  Ces deux plans d’épargne retraite sont, en apparence, assez similaires puisque ce sont les entreprises qui décident de les mettre en place. Dans les deux cas, votre employeur va verser pour vous des montants obligatoires réguliers. Si vous le voulez, vous pourrez également verser des sommes afin d’augmenter votre épargne dans la limite de 25 % de votre rémunération annuelle. Dans les faits, ces deux plans d’épargne retraite sont toutefois assez différents.

Pour résumer, disons que, contrairement au Perco où l’épargne est bloquée jusqu’à la retraite (sauf cas exceptionnels : surendettement décès, invalidité…), les sommes investies dans le PEE ne sont bloquées que pendant 5 ans. Enfin, le Perco vous permettra de sortir votre épargne sous forme de capital, ce qui n’est pas possible avec le PEE.

En fonction des situations, l’une ou l’autre des solutions peut s’avérer plus avantageuse. Pour autant, vu que c’est votre entreprise qui s’en occupe, vous n’aurez pas forcément le choix. Pour en savoir plus sur les conditions et les avantages de ces dispositifs, le mieux est encore de vous renseigner auprès de votre entreprise car tout dépend du contrat auquel elle a souscrit.