Crédit renouvelable : les pièges à éviter et les alternatives

Mercredi 25 avril 2018

Les crédits renouvelables sont mis en cause dans plus de 80 % des dossiers de surendettement et ce n’est pas pour rien. Explications.

Crédit revolving, crédit renouvelable, crédit permanent, crédit reconstituable… plusieurs appellations pour un seul et même crédit. Et pas des moindres. Comme son nom l’indique, le crédit renouvelable est un crédit à la consommation renouvelable plusieurs fois. Il est très facile d’en obtenir un. C’est ce qui rend son utilisation si délicate, voire dangereuse. Ce n’est pas pour rien que les crédits renouvelables sont mis en cause dans plus de 80 % des dossiers de surendettement.

Un crédit un peu trop facilement renouvelable

Pour obtenir un crédit revolving, il suffit de vous rendre à la banque, dans un organisme spécialisé ou encore dans une enseigne de grande distribution. Vous pouvez ensuite vous servir, intégralement ou en partie, de votre crédit pour payer vos factures ou effectuer divers achats (téléviseur, meubles, courses…) en une seule ou plusieurs fois. C’est pourquoi la Fnac, Darty ou encore les Galeries Lafayette en raffolent. La raison ? Cela incite les clients à la consommation puisque l’argent est versé sur leur compte ou bien directement sur une carte associée au crédit, et ce même si leur solde n’est pas régulièrement approvisionné.

L’idée peut paraître bonne en soi. Le problème, c’est qu’à mesure que vous remboursez votre crédit, il va se reconstituer et vous allez pouvoir à nouveau piocher dedans. En clair, vous allez bénéficier en permanence d’une somme d’argent prête à être utilisée, et ce même si vous n’avez pas les moyens de la rembourser. De plus, si le contrat d'un crédit revolving a une durée limite d’un an, il faut également savoir qu’il est reconductible à l’issue de cette période. Voilà pourquoi on dit souvent que crédit renouvelable = cercle vicieux.

Un cercle vicieux duquel il est difficile de sortir

Le risque est de commencer par un crédit revolving puis d’en contracter un deuxième puis un troisième… Là débute la spirale infernale. Car il est facile de souscrire à un crédit revolving. En cas de mauvaise passe, cela vous permet de conserver votre mode de vie ou tout simplement de payer vos factures. Pour autant, ce n’est pas une bonne manière de s’endetter. Vraiment pas. Pourquoi ? A cause…

… Des taux d’intérêts bien trop élevés

Les taux du crédit revolving varient entre 13 et 20 % contre 4,5 et 9,5 % pour un prêt personnel selon le montant et durée choisie. 

Ce que dit la loi

Depuis le 1er mai 2011, la loi a imposé des durées de remboursement maximales qui ne peuvent pas être dépassées. Le but : éviter que vos crédits ne courent trop longtemps. Ainsi, vous devez rembourser dans les :

  • 36 mois si le montant de votre crédit ne dépasse pas 3 000 €
  • 60 mois si le montant de votre crédit est supérieur à 3 000 €

Par ailleurs, notez que si le montant du crédit est supérieur à 1 000 €, le prêteur doit accompagner son offre d'une proposition de crédit amortissable pour que vous puissiez comparer les 2 offres.

Sachez aussi que vous pouvez demander à tout moment la réduction de votre réserve de crédit, la suspension de votre droit à l’utiliser et/ou la résiliation de votre contrat. En revanche, une fois que vous aurez fait votre demande, vous devrez rembourser le montant du crédit que vous avez utilisé.

Autrement, vous pouvez attendre le renouvellement annuel de votre contrat pour demander à le transformer en crédit renouvelable. Le prêteur a également pour obligation de vous transmettre les nouvelles conditions du crédit au moins 3 mois avant la reconduction du contrat annuel. Si les nouvelles conditions ne vous conviennent pas, vous disposez alors de 20 jours pour envoyer un bordereau-réponse de refus. Mais attention, vous devrez alors rembourser le montant de la réserve d’argent déjà utilisé. Donnez-vous donc les moyens de mettre un peu d'argent de côté pour rembourser.

Les alternatives au crédit revolving

Bien heureusement, le crédit renouvelable n'est pas une fatalité. Des alternatives existent pour ne pas tomber dans le piège. Tout d’abord, vous pouvez demander un prêt personnel ou un crédit amortissable, ce qui est beaucoup plus intéressant puisque leurs taux d’intérêts sont moindres.

Dans le cas où vous auriez déjà souscrit à un ou plusieurs crédits revolving, quelques solutions vont vous permettre de vous en sortir. Comme indiqué plus haut, vous pouvez tout d’abord directement demander à l’organisme ou l’enseigne à laquelle vous avez souscrit de transformer votre crédit renouvelable en amortissable.

Si l’on vous le refuse et que vous avez plusieurs crédits revolving qui vous pourrissent la vie, vous pouvez également faire un rachat de crédits. En clair, cela vous permettra d’avoir un seul et même crédit amortissable au lieu de plusieurs crédits renouvelables. En revanche, l’opération est risquée. Alors, renseignez-vous bien avant de passer à l'acte. Enfin, si vous n’avez qu’un seul crédit revolving, vous pouvez toujours contracter un prêt amortissable juste pour le rembourser. Une seule condition : ne touchez plus jamais au crédit revolving après cela ou ce sera encore pire.

Faites-vous aider en cas de difficulté financière

Si vous êtes dans l’impasse et que vous n’arrivez plus à rembourser vos crédits, n’hésitez pas à faire appel à des professionnels prêts à vous aider gratuitement. Vous pouvez notamment contacter une assistante sociale. Pour ce faire, contactez le service social de votre mairie, le Centre Communal d’Action Social (CCAS), le Service Social du Conseil Général ou bien directement Pôle emploi. Autrement, vous pouvez vous rendre dans un point conseil budget (PCB) ou encore faire appel à l’association Crésus qui accompagne les personnes en difficulté financière et qui lutte contre le surendettement.