Les 5 dépenses bancaires les plus inutiles passées au crible

Jeudi 19 octobre 2017

C’est généralement lorsque vous faites face à une situation financière délicate que la banque vous prend le plus de frais. Alors voici la liste des dépenses bancaires à éviter.

Lorsque vous êtes en situation de découvert (ou que vous traversez une mauvaise passe financière), les banques peuvent vous prendre différents types de frais en fonction des cas. Voici les frais bancaires que vous devez absolument éviter afin de ne pas perdre encore plus d’argent.

Les frais de rejet de chèque ou de prélèvement

Lorsque vous dépassez votre autorisation de découvert ou tout simplement lorsque vous n’avez plus d’argent sur votre compte, la banque peut rejeter toute tentative de prélèvement ou de paiement par chèque. En plus du rejet de ces opérations, les banques vous facturent des frais de rejet. Ces frais ne peuvent excéder :

  • 30 € si le chèque est d'un montant inférieur ou égal à 50 €.
  • 50 € si le chèque est d'un montant supérieur à 50 €.
  • 20 € pour les rejets de prélèvements.

Plusieurs solutions existent pour parer à ce genre de dépenses. Tout d’abord, si vous être proche de dépasser votre autorisation de découvert, déplacez de l’argent de votre livret A (si vous en avez un) vers votre compte courant. Autrement, vous pouvez négocier directement avec votre créancier pour qu’il décale l’encaissement de votre chèque ou la date de votre prélèvement. Enfin, vous pouvez négocier avec votre banquier pour qu’il vous accorde un crédit ou qu’il annule les frais de rejet.

Les commissions d’intervention

Ce sont les frais que vous facture la banque lorsque vous dépassez votre découvert autorisé. Ils peuvent vite atteindre des montants importants. En effet, une banque peut prélever jusqu’à 8 € par opération effectuée (prélèvement, paiement par carte bancaire ou par chèque) sur un compte à découvert. Toutefois, la loi de séparation et de régulation des activités bancaires prévoit que ces frais de dépassement ne peuvent excéder un montant de 80 € par mois.

Si vos frais dépassent ce plafond, il faut tout de suite envoyer une lettre de contestation à votre banque. Sinon, les mêmes solutions que pour les frais de rejet de chèque ou de prélèvement sont à appliquer.

Les agios

Ce sont les sortes de taux d’intérêt que la banque vous fait payer pour couvrir ses frais lorsque vous dépassez votre autorisation de découvert. Pour calculer les agios, les banques prennent en compte la durée du découvert (en jours) et le taux d'intérêt annuel appliqué au montant de votre découvert (avec un taux maximum de 20 %). En résumé, les agios = (montant du découvert x durée du découvert x taux de la banque) / nombre de jours dans l'année.

Vous pouvez négocier leur annulation avec votre banquier. S'il refuse, sachez que la banque dispose d’un délai de trois mois pour vous proposer un crédit lorsque vous êtes à découvert. Si la banque ne vous a fait aucune proposition durant ce laps de temps, elle est dans l’obligation d’annuler vos agios. Toutefois, les banques ont généralement tendance à proposer des autorisations de découvert à leurs clients plutôt qu’un crédit. Une très mauvaise idée car accepter une autorisation de découvert ne peut que vous endetter encore plus. 

L’avis à tiers détenteur (ATD)

C’est la somme que l’Etat vous prend en passant par un tiers qui détient votre argent, donc la banque en général. Cela arrive lorsque vous ne payez pas vos impôts. En dehors d’un compte-titres, la somme en question peut être prélevée sur tous vos comptes. Une seule condition : que le montant prélevé soit disponible sur votre compte à la date de l'envoi de l'ATD. Si vous êtes à découvert, l’Etat ne peut récupérer l’argent que vous lui devez.

Seules deux raisons vous autorisent à contester un ATD :

  • S’il est irrégulier en la forme.
  • Si les sommes réclamées ne sont pas exigibles (si vous avez déjà payer vos impôts ou si l’on vous a accordé un délai de paiement, par exemple).

La lettre d’information pour compte débiteur non-autorisé

Lorsque vous avez dépassé le montant ou la durée de votre découvert autorisé, vous risquez également de recevoir une lettre d’information pour compte débiteur non-autorisé. Comme son nom l’indique, l’envoi de cette lettre a pour but de vous avertir de votre situation. Des frais relatifs à cet envoi par la banque vous seront réclamés. Le montant va varier en fonction des banques mais il se situe généralement autour de 15 € .

A moins d’une erreur de la banque, ces frais ne sont pas contestables. Afin de ne pas être contraint de les payer, le mieux est encore de faire attention à l'état de votre compte bancaire. Téléchargez l'application de votre banque sur votre smartphone ou bien demandez les codes pour avoir accès à votre compte directement sur Internet. Vous pourrez ainsi suivre quotidiennement l'état de vos comptes et donc faire plus attention à vos dépenses.