Le Top 5 des assurances inutiles (ou presque) à ne pas prendre

Jeudi 19 octobre 2017

A force de souscrire à des tas d’assurances par-ci par-là, vous risquez de dépenser plusieurs centaines d’euros par an. Problème, ces assurances sont souvent bien peu utiles.

Selon UFC Que-Choisir, un Français aurait, en moyenne, 2,4 assurances accessoires. Souvent inutiles, ces assurances vous sont proposées pour seulement quelques euros. Soucieux d’être couverts en toutes circonstances, beaucoup de Français y souscrivent sans rechigner. Mais c’est une erreur car à la fin, ces assurances coûtent plus cher que prévu et il est parfois difficile de les résilier. Alors pour ne pas tomber dans le panneau, voici notre top 5 des assurances inutiles ou presque.

L’assurance vol pour les portables

A chaque achat d’un nouveau téléphone portable, vous y avez droit. Les vendeurs vous proposent systématiquement de prendre une assurance vol. L’idée paraît bonne : vous êtes remboursé si l’on vous vole votre téléphone. Plutôt pratique, non ? Mais dans les faits, c’est tout autre chose. En effet, vous ne serez, la plupart du temps, remboursé que si le vol a lieu sous la menace, ce qui est plus rare. De plus, vous ne serez pas remboursé au prix d’achat puisque les téléphones portables perdent vite de leur valeur. Vous comprenez donc l’intérêt limité de cette assurance qui rapporte gros aux opérateurs. Selon le journal Le Monde, leur prix moyen est de 120 € par an, soit 10 € par mois. Autant les utiliser pour autre chose !

L’assurance perte et vol des moyens de paiement

Connaissez-vous cette assurance ? Elle est souvent proposée par les banques. Vous vous dîtes donc qu’elle doit être très utile. Vous avez faux ! Cette assurance est censée vous rembourser, en cas de vol ou d’utilisation frauduleuse, les paiements ou les retraits réalisés avec votre carte bancaire. Problème : la loi s’en charge déjà puisque les banques sont dans l’obligation de vous rembourser intégralement. La seule utilité de cette assurance qui coûte, en moyenne, 30 € par an ? En cas d’agression avec vol du code, la banque peut laisser à votre charge 150 €. Avec cette assurance, vous n’aurez pas à payer cette somme. Mais pour que cette assurance soit rentable, il faudrait donc que vous vous fassiez voler votre carte (et son code !) tous les 5 ans. Alors mieux vaut réfléchir avant d’y souscrire !

L’assistance voyage

Prendre une assurance assistance voyage peut sembler être une bonne idée. L’assurance vous couvre en cas de frais médicaux à l’étranger ou de rapatriement. Mais, elle fait, en réalité, un doublon avec d’autres assurances. Généralement, votre assurance habitation, voiture ou celle de votre carte bancaire prend déjà en charge ces frais. Vérifiez donc bien avant de partir en voyage. En plus, l’assistance voyage est souvent pleine de restrictions, ce qui fait que vous ne serez pas forcément bien couvert. Malgré tout, cette assurance reste utile pour les voyages de plus de 3 mois qui ne sont généralement pas couverts par vos autres assurances.

Les assurances obsèques

Environ 4 millions de Français y ont souscrit. Le but est louable : que vos proches n’aient pas à payer vos obsèques lors de votre mort. Mais attention aux arnaques ! Comme l’a révélée une enquête de 60 millions de consommateurs basée sur 8 contrats vendus par les leaders du marché, vous serez tout sauf gagnant. Un assuré de 62 ans devra, en moyenne, débourser plus de 4 800 € pour que ses héritiers perçoivent… environ 3 800 €, soit une perte de 1 000 €. L’explication ? Plus le temps passe, plus on cotise à perte. En cause : les frais prélevés par les assureurs. A part si vous aimez perdre de l’argent, ne souscrivez donc pas à ce type d’assurance.

L’assurance santé pour les animaux

En moyenne, elle coûte 50 € par an, ce qui n’est pas rien. Comme toutes les assurances inutiles ou presque, elle semble être une bonne affaire au premier coup d’œil. Grâce à elle, les frais de vétérinaire de vos chères boules de poils sont censés être remboursés. Mais dans les faits, cette assurance comporte souvent des tas de plafonds à ne pas dépasser et des exclusions, ce qui fait que vous ne serez pas remboursé si votre animal va souvent chez le vétérinaire.